En passant par…. Ouchi-Juku – Paysage urbain traditionnel de l’époque d’Edo

Ouchi-juku se trouve dans la préfecture de Fukushima. On pense que le village a été établi vers 1654, puis prospéra pendant le reste de la période Edo (1603-1867) en tant que relai postal.
Il se trouvait sur une route importante nommée Shimono Kaido, qui reliait le fief d’Aizu à la région du Kanto (où se trouve l’actuelle Tokyo).

Bien qu’utilisée depuis la période Kamakura (1185-1333), la route n’était pas bien entretenue. Ce n’est qu’à l’époque Sengoku (l’époque des provinces en guerre) que des efforts furent faits pour améliorer les routes dans chaque région, puis le shogunat Tokugawa fit de même. Selon une légende locale, le prince Mochihito aurait vécu caché à Ouchi-juku pendant l’époque de Heian (794-1185) après avoir
perdu une bataille. La ville possède un sanctuaire dédié à ce prince.

A partir de la période Meiji (1868-1912), Ouchi-juku a fût épargné par le développement en raison de changements dans les voies de circulation. C’est pourquoi le village put conserver son ancienne apparence. Comme à la période Edo, chaque côté de la route est bordé de maisons aux toits de chaume faits de graminée géante Miscanthus sinensis.

En 1981, le village fut désigné comme lieu de préservation important de bâtiments traditionnels. La charte locale des résidents et suit les trois principes suivants : « Ne pas vendre, ne pas louer, et ne pas détruire ».
Les villageois, avec l’aide de chaumiers qualifiés, travaillent tous ensemble pour la préservation des maisons et transmettre les techniques traditionnelles de couverture de toiture.

Ouchi-juku organise plusieurs évènements annuels, dont le festival de la neige d’Ouchi-juku le deuxième week-end de février et le festival Hange du solstice d’été en juillet.
Si vous demandez à un habitant de la région quel est le meilleur moment pour vous y rendre, il aura bien du mal à choisir entre le magnifique paysage hivernal, les cerisiers en fleur au printemps et les étés rafraîchissants.

Ouchi-juku est célèbre pour ses nouilles soba faites à la main. Cependant, au lieu de baguettes, vous devrez utiliser un poireau en guise de couvert pour les déguster.

Vous verrez également des ombles chevaliers griller sur un feu de bois ouvert, une autre spécialité locale. Il s’agit de poissons d’eau douce.
Afin d’apprécier le mode de vie durant l’époque d’Edo, arrêtez-vous au pavillon des expositions Machinami Tenjikan de la ville. Situé au centre de la rue principale, ce bâtiment était autrefois une auberge utilisée par les seigneurs de passage qui se rendaient à Edo. On y trouve des outils de l’époque d’Edo, un intérieur authentique
et divers artefacts historiques.

Comment s’y rendre :
Depuis Tokyo, prenez le Shinkansen jusqu’à Koriyama (environ deux heures de trajet.) De là, changez pour la ligne Ban-Etsusai jusqu’à Aizu-Wakamatsu (environ 1 heure 20).
Enfin, prenez la ligne Aizu Railway jusqu’à la gare Yunokami Onsen Station (environ 30mn) puis prenez le bus Saruyu-go bus ou un taxi jusqu’à Ouchi-juku (entre 10 à 20mn).

Très bientôt, suite et fin de notre périple au Japon… !