Objectifbienetremag vous propose une balade « plaisir » au Japon, dans l’une des régions les moins connues, mais aussi les plus belles du Japon…

Les plus belles petites villes du Tôhoku

Le Tôhoku se trouve dans le Nord du Japon, située entre Tokyo et l’île d’Hokkaido. Cette région est encore relativement peu connue des touristes étrangers. C’est pourtant un lieu de grande diversité historique et architecturale. Fait précieux dans un pays où l’on
détruit régulièrement les anciennes maisons pour en reconstruire de modernes, le Tôhoku abrite petites villes et villages dont l’architecture protégée et hors du temps donne l’impression de faire un voyage dans le passé. La région est facile d’accès car
couverte par le réseau ferroviaire de Japan Railways East, accessible en Shinkansen (train à grande vitesse) depuis Tokyo, et couvert par le JR East pass, un pass permettant de voyager à prix très réduit !

Ginzan Onsen – Sources thermales dans une ambiance de début du 20ème siècle.
Située dans la préfecture de Yamagata, Ginzan Onsen est une station thermale rattachée à la commune d’Obanazawa. Son nom signifie sources thermales de la mine d’argent.
En effet, s’y trouvait la mine d’argent de Nobesawa, exploitée depuis la période Muromachi (1336-1573) et l’une des principales mines d’argent de la période Edo (1603-1867). À son apogée, la mine était connue comme l’une des trois plus grandes mines
d’argent du Japon. Toutefois, sa production finit par décliner et elle ferma définitivement.

Ginzan Onsen est réputée pour son charme rétro du début du 20ème siècle. La rivière Ginzan qui la traverse est bordée sur chaque rive d’auberges traditionnelles en bois. Au crépuscule, des lampes à gaz sont allumées, créant une atmosphère nostalgique qui
rappellera aux cinéphiles Le voyage de Chihiro de Hayao Miyazaki.

En journée, les visiteurs peuvent flâner dans le village et admirer les murs des ryokan (auberges japonaises) couverts de peintures colorées à la truelle et l’asphalte recouvert de tuiles en forme de flocons de neige. Une simple promenade permet découvrir de
nombreux cafés, lieux de restauration et boutiques de souvenirs. Sur le chemin, il est recommandé de s’arrêter à Waraku Ashiyu, le long de la rivière Ginzan, où l’on peut tremper ses pieds directement dans la source : une expérience rare même au Japon.
Il est également possible de visiter gratuitement la mine d’argent, située à seulement 15 minutes à pied du centre du village. L’accès se fait par une passerelle traversant la paroi rocheuse. Le site est aujourd’hui un lieu historique national et constitue un élément
essentiel de l’étude de l’histoire minière des débuts de l’ère moderne au Japon.

Les Japonais se baignant traditionnellement le soir, c’est après un retour à l’auberge que les visiteurs se réchauffent dans les bains de source chaude. Ils peuvent également y déguster deux spécialités : de la viande de bœuf locale , finement persillée, et les nouilles soba faites à partir de farine de sarrasin cultivé localement.
Les amateurs de photographie apprécieront de visiter Ginzan Onsen en hiver, saison où les nuits enneigées la rendent encore plus photogénique. Une autre façon d’agrémenter ses souvenirs est de louer un costume de l’ère Taisho (1912-1926), lorsque la culture
occidentale a commencé à être popularisée au Japon.

Comment s’y rendre :
Vous pouvez vous rendre à Ginzan Onsen en trains JR et en bus. Au départ de Tokyo, prenez le shinkansen JR Yamagata jusqu’à la gare d’Oishida (3h20), puis un bus jusqu’à Ginzan Onsen (35 minutes).
Le trajet en train est pris en charge par le Japan Rail Pass , mais ce
n’est pas le cas du trajet en bus.
Veuillez noter que les bus circulent depuis la gare d’Oishida à intervalle de une heure ou une heure de demie.
Les visiteurs qui viennent en voiture sont tenus de se garer dans une aire de stationnement désignée, située en dehors du centre-ville.
De nombreuses auberges proposent un service de navette jusqu’en
ville à partir de l’aire de stationnement.

Le chapitre 1 se termine ; à bientôt pour une nouvelle découverte…. !